24 novembre 2007

Premier forum de la rénovation

ourouk_0155PARIS - Objectif: démontrer qu'ils peuvent encore réfléchir ensemble. Le PS, largement inaudible pendant le conflit des régimes spéciaux, tient samedi en Avignon son premier "forum de la rénovation" sur le thème de la nation. Ce séminaire express de trois heures conclu par François Hollande -snobé par Ségolène Royal et les autres présidentiables- est le premier d'une série de trois forums thématiques décidés en juin après la double défaite à la présidentielle et aux législatives. Les deux suivants se tiendront à Paris le 15 décembre sur le marché et le 20 janvier sur l'individu. L'objectif est de "jeter les premières bases de la refondation idéologique et programmatique" de la "gauche du XXIe siècle", "condition nécessaire d'une reconquête politique durable", selon la charte de la rénovation adoptée le 23 juin par le conseil national du PS. Il s'agit de préparer le congrès de la rénovation prévu pour juin ou octobre 2008, selon M. Hollande.

Pour son premier forum, le PS a choisi un thème sensible pour lui, la nation. Le discours de Ségolène Royal sur la reconquête des symboles nationaux en réponse à celui de Nicolas Sarkozy sur l'identité nationale avait choqué une gauche traditionnellement internationaliste.

"Le Parti socialiste n'a pas de problème avec la nation", assure Henri Weber. Pour le député européen, "il y a un déficit de projet national en France". Le PS entend donc opposer sa "conception réconciliatrice" de la nation à la "conception fermée" et au "communautarisme" de Nicolas Sarkozy.

Reste que ce débat déconnecté des préoccupations quotidiennes des Français ne passionne guère au PS. Pas plus de 500 militants sont attendus en Avignon, éloignement géographique et fin de grève dans les transports obligent. Les présidentiables brilleront une fois encore par leur absence, de Ségolène Royal à Laurent Fabius en passant par Bertrand Delanoë.

La réunion risque donc encore une fois de ne pas donner l'image d'un parti en rénovation. "Le problème du PS aujourd'hui est qu'il est inaudible quoi qu'il dise", soupire M. Weber.

Le principal parti d'opposition n'est pas parvenu à se faire entendre pendant les neuf jours de grèves contre la réforme des régimes spéciaux, malgré les interventions quotidiennes de François Hollande à l'Assemblée nationale et dans les médias. L'absence du PS pose "un problème", a estimé vendredi Jean-Luc Mélenchon.

Il est vrai que la position du parti, favorable aux 40 ans de cotisation pour tous, n'est pas très différente sur le fond de celle du gouvernement. Mais cette position générale cache mal les divergences de fond entre ceux qui souhaitaient un PS "solidaire" des grévistes et les partisans d'un alignement des régimes spéciaux.

Inaudible pour l'instant, le PS compte sur les élections municipales pour se refaire une santé en faisant campagne sur le thème du pouvoir d'achat, considéré comme le point faible de Nicolas Sarkozy. "Il y a un malaise dans le pays qu'on retrouvera, je l'espère, au moment des élections municipales", confiait récemment M. Hollande, qui espère passer la main sur un succès. AP

egp/mw

Posté par alebac à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Premier forum de la rénovation

Nouveau commentaire